San José de Chiquitos, l’autre Bolivie

Passage éclair par Santa Cruz de la Sierra

Après 14 heures de voyage depuis Sucre nous arrivons un poil cassés et de très bon matin à Santa Cruz de la Sierra qui veut dire « Sainte croix de la Montagne » en français. C’est aussi  la plus grande ville de Bolivie et la plus peuplée. Pourtant en y arrivant on ne ressent pas tout à fait ça. Il faut dire qu’à 6H30 du matin c’est carrément mort, nous nous hâtons de trouver un hôtel et ce n’est pas évident d’en trouver un assez économique. Une fois installés nous pouvons visiter !

Sucre-Santa Cruz de la Sierra :
Pour ces 14 heures de bus nous avons choisi la compagnie Guadalupe qui a des bus de bon standing et où il y a énormément de place pour les jambes ! Le bus se prend depuis le terminal routier de la ville et cela nous a couté 90 bolivianos par personne soit 11,60 euros

Bon, on va être honnêtes, Santa Cruz ne nous a pas vraiment charmé et nous n’en retenons pas grand chose. Ici dès que nous croisons des regards un drôle de sentiment nous envahi.Ils sont très insistant et à la longue plutôt gênants. Vraiment étrange !

Bolivie Santa Cruz de la Sierra 06

Sa place centrale est jolie, élégamment arborée et son église est gigantesque et impressionnante. Un peu de street art sur des murs et quelques rues commerçantes agréables. Pour la suite, on reste un peu sur notre faim. Pas grave ! Nous voyons tellement de belles choses qu’une déception de temps à autre n’est vraiment pas dramatique.

Bolivie Santa Cruz de la Sierra 08

Nous restons une nuit seulement et décidons de partir dès le lendemain pour la petite ville de San José de Chiquitos.

Rencontre d’une communauté étonnante

Descendre de l’altiplano nous amène aussi à faire la connaissance de la communauté des mennonites que l’on rencontrera régulièrement jusqu’au Brésil. Le ménnonitisme est un mouvement religieux évangéliste protestant très traditionnel. La communauté Bolivienne est par ailleurs la plus traditionnelle d’Amérique du sud, et ce n’est pas rien de le préciser. C’est une communauté très fermée, qui parle sa propre langue, le Plautdietsch (mélange d’allemand qui est leur langue d’origine et de russe) et limite au minimum ses échanges avec l’extérieur. Ils ne parlent d’ailleurs pas l’espagnol… Ils prônent le travail et la tradition, vivent comme au XVIe siècle au temps de la réforme protestante, n’ont pas l’électricité et se déplacent en calèche, bien qu’on les ait vu dans le train et en taxi. Ils sont une grosse force de travail et leur agriculture intensive est un important moteur de l’économie de la région de Santa Cruz.

920c1036cce21d103a0c160a0c6237fd

Pourtant, les voir pour la première fois est intriguant, ils sont tous habillés pareils, casquette, salopette et chemise pour les hommes, robe traditionnelle et voile ou chapeau pour les femmes. Leurs regards sont parfois très insistants sur des gringos comme nous et sans mentir, peu rassurants, surtout lorsque l’on se penche sur les dérives vraiment glauques qu’il peut y avoir dans ce type de communautés fermées. Pour autant ils prônent la non violence et donnent à cette région un petit côté « la petite maison dans la prairie ».

Découverte du train bolivien

Ah le train ! C’est un moyen de transport que nous avions hâte de retrouver et que nous avions très peu pris depuis la Thaïlande pour plusieurs raisons : soit les prix étaient trop chers, soit le réseau ferré n’existait carrément pas ! En découvrant que les prix du train bolivien sont carrément abordables, nous sautons sur l’occasion pour faire le trajet Santa Cruz de la Sierra jusqu’à San José de Chiquitos ! Nous voici embarqués pour 6h30 de trajet. Et on peut dire que ça balance! Nous n’avons jamais mis les pieds dans un train qui bouge autant ! C’est folklo.

Bolivie Santa Cruz de la Sierra 11

Ce train est surnommé le train de la mort. Il relie quasi quotidiennement Santa Cruz à la frontière brésilienne. Pas de panique, aujourd’hui il est totalement sur mais à une certaine époque on ne pouvait pas en dire autant. Des histoires racontent qu’au début de sa mise en service, le train était tellement bondé de marchandises que les passagers étaient obligés de monter sur le toit et d’y passer le voyage. Beaucoup d’accidents mortels auraient alors eu lieu tellement il était difficile de se tenir en sécurité là haut. D’autres histoires racontent que beaucoup de braquages ont eu lieu et parfois avec violence. On parle aussi de transport pour évacuer de la jungle les personnes infectées par la fièvre jaune et qui décédaient pendant le voyage. Que d’histoires !

Nous arrivons en début de soirée à San José de Chiquitos et le charme opère directement. Cette ville nous transporte dans un autre univers avec sa chaleur tropicale, ces gens que l’on retrouve à nouveau dans les rues et ces sourires bienveillants ! Il y a un petit air d’ Asie ici, on pense tout de suite au Cambodge.

Santa Cruz de la Sierra – San José de Chiquitos :
Nous avons pris le train un mercredi sans réserver à l’avance. Il est quand même conseillé de réserver car il n’y à qu’un train par jour et pas tous les jours (oubliez de partir un samedi). Nous avons pris l’ Expresso Oriental qui est le plus économique des trains. Il existe aussi le Ferrobus qui opère d’autres jours de la semaine, un peu plus rapide, un peu plus confortable et aussi plus cher. Pour ce trajet, nous en avons eu pour 45 bolivianos par personne soit 5,80 euros. C’est 35 bolivianos par personne si vous prenez votre ticket au moins la veille. Le train est confortable et équipé de télévisions où ils passent des films et même si ça bouge beaucoup c’est toujours plus rassurant que d’être en bus et vous pouvez même acheter votre plateau repas à bord pour 20 bolivianos par personne

San José de Chiquitos

Quel bonheur de se réveiller ici. Il faut dire aussi que le petit hôtel que nous avons dégoté est absolument génial et ses propriétaires ont le cœur sur la main. Un peu d’histoire tout de même ! San José de Chiquitos se trouve sur le chemin des missions en Bolivie. Elle fut la troisième cité construite comme mission dans le territoire des aborigènes chiquitanos ou Chiquitanie par la Compagnie de Jésus en mars 1697, sous la direction des pères Felipe Suarez et Dioniso de Avila. Pour plus d’information sur les missions et leur principe, petit Wiki.

Bolivie San Jose de Chiquito 13

Il fait bien plus chaud ici ! 40 degrés au bas mot et on adore ça. On prend le temps de se balader dans la ville qui est vraiment charmante. On retrouve les chemins de terre, les petites routes cabossées mais pas que ! San José dispose aussi d’une grande place centrale qui est vraiment superbe. Et le plus impressionnant dans tout ça c’est l’immense mission jésuite construite ici en 1697 composée d’une église, de son clocher, de sa chapelle mortuaire et de sa maison des pères. De jour comme de nuit l’édifice est splendide car très bien mis en scène par des lumières artificielles.

Bolivie San Jose de Chiquito 43
Masque de Los Abuelos

Nous découvrons ces drôles de masques peints un peu partout dans la ville et cherchons à comprendre leur signification. A chaque Fiestas Patronales, une centaine d’hommes défilent dans les rues en ayant sur leurs visages ces masques censés représenter et commémorer los Abuelos, les « anciens ». Ces masques ont été créé à l’origine pour se moquer de l’homme blanc venu envahir le pays. Depuis, ce masque est devenu emblème de la région et peut revêtir toutes sortes d’expressions.

On découvre plein de petits coins sympas toujours bercés par la douceur de vivre des lieux. Se promener un peu le long des rails, de petites maisons en petites maisons, éviter les flaques de boue rouge, slalomer entre deux ou trois chiens errants et se faire potes avec l’un d’entre eux. Bref, on s’y sent bien.

Bolivie San Jose de Chiquito 11

Bolivie San Jose de Chiquito 12

Bolivie San Jose de Chiquito 35

Bolivie San Jose de Chiquito 23

Bolivie San Jose de Chiquito 26

Bolivie San Jose de Chiquito 27

Bolivie San Jose de Chiquito 25

Un hôtel parfait

On rentre s’assoir dans un des hamacs de notre hôtel tenu par un couple qui a vraiment le sens du service et de l’accueil. Petite présentation des magnifiques perroquets qui désormais résident dans le jardin fruitier. Il faut dire qu’ici ils ont de quoi se mettre sous la dent. A ce qu’il parait, le matin, plusieurs dizaines de perroquets et parfois même des toucans viennent pour grignoter les fruits des arbres.

Bolivie San Jose de Chiquito 07

Bolivie San Jose de Chiquito 17

Ici c’est la maison des chats et à l’image de leurs maitres ils sont tous gentils. Les proprios vont nous ramasser des fruits dans le jardin dont un pomelo absolument délicieux et sucré. Ça a vraiment un petit gout de paradis vous ne trouvez pas ?

Hôtel La Pauroca:
Situé à proximité du parc écologique Uzosoema ce petit havre de paix nous a proposé des chambres entre 150 et 200 bolivianos par nuit. Les chambres sont vraiment belles et spacieuses avec en prime la clim ce qui n’est pas négligeable avec cette chaleur. Vous vous y sentirez comme à la maison, parole de globe-trotteur !

Belle rando vers la Valle de la Luna

Nous avons repéré une belle petite promenade qui part de San José et qui va vers ce qu’ils appellent la vallée de la lune. Sous une chaleur torride nous nous mettons en route pour pas moins de 16 kilomètres aller-retour ! Autant dire que nous allons transpirer à grosses gouttes.

Bolivie San Jose de Chiquito 45

Après un super bon petit-déjeuner à La Villa Chiquitana, hôtel assez haut de gamme tenu par des français et un repérage de piscine pour la fin de notre longue balade nous nous engageons sur la grand’ route pour de belles aventures. On croise peu de véhicules mais pas mal de vaches qui zigzaguent et font quelques frayeurs aux motos.

Des vieilles pierres et des moustiques à gogo

Après avoir tenté de passer par un chemin de terre pour arriver au site archéologique Santa Cruz de la Vieja nous nous faisons stopper net par une meute de chien qui n’est pas tout à fait d’accord avec notre trajectoire. Ok, ils sont beaucoup, ils aboient très fort, on rebrousse chemin ! Tayo !

Par une plus grande route nous rejoignons le site archéologique dont il ne reste plus grand chose de l’immense village qui s’y trouvait. Les colons s’y étaient installés à l’époque mais aujourd’hui on devine à peine la structure des lieux. En prime, une horde de moustiques assoiffés de sang nous attaquent ! Tayo bis !

Bolivie San Jose de Chiquito 54

Bolivie San Jose de Chiquito 58

Encore un peu de marche sous un cagnard fou ! On arrive au mirador naturel de Nuflo, à flanc de falaise et qui offre une vue incroyable sur l’immensité de la foret pré-amazonienne. Seuls au monde face à ce paysage énigmatique on se demande alors quelles genres de bêtes nous pourrions rencontrer si nous tentions une descente dans cette épaisse nature.

Bolivie San Jose de Chiquito 56

Le chemin de croix de la Valle de la Luna

Encore un petit effort et nous arrivons enfin sur ce qui est appelé la vallée de la lune, un décor pierreux et très poétique qui ne manque pas de susciter nos « wahou, incroyable ». Ce paysage lunaire nous mène de rochers en rochers à la découverte de ce haut lieu de pèlerinage des habitants de San José en l’honneur de la Vierge Marie et du Divin Enfant. Chaque croix nous rappelle les étapes du chemin de croix de Jésus pour nous conduire à la toute fin à la résurrection et à une jolie chapelle en l’honneur de la Vierge Marie.

Bolivie San Jose de Chiquito 67

Bolivie San Jose de Chiquito 63

C’est un lieu doté d’une vraie magie. Le paysage est puissant et la signification des lieux pour la région l’est tout autant.

Bolivie San Jose de Chiquito 71

Un peu de détente bien mérité !

En revenant vers San José, nous avons toujours en tête la piscine de la Villa Chiquitina qui, avec la chaleur nous fait de plus en plus de l’œil. Ni une ni deux, on enfile nos maillots et prenons un bon bain frais ! Quel régal ! Nos jambes un peu lourdes avec cette longue marche caniculaire nous remercient.

Bolivie San Jose de Chiquito 77

San José de Chiquitos aura été pour nous une des plus belles découvertes de Bolivie. Peu de touristes s’y arrêtent en chemin entre Santa Cruz et la frontière brésilienne et pourtant cela vaut le coup à 100% ! Nous quittons cette ville et cet hôtel charmant avec une multitude de belles images en tête.
.
.
Voir d’autres articles avant San José :

Bolivie Sucre Sucre, édulcorant Bolivien
Bolivie Potosi Potosi, dans les entrailles de la montagne
cambodge Voir tous nos articles sur la Bolivie
bresil Voir tous nos articles sur le Brésil

8 réflexions sur “San José de Chiquitos, l’autre Bolivie

    1. Hello 🙂 c’est vrai que c’est un coin assez peu connu et qui vaut le coup ! Mais il faut avoir le temps et vouloir se diriger vers la frontière brésilienne 🙂 A très vite 😀

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s