Urubamba, Maras, Moray, sacrée vallée !

Urubamba, un charme fou

Après une quarantaine de minutes de trajet en collectivo depuis Ollantaytambo, nous arrivons dans la ville d’ Urubamba, qui, au premier coup d’œil semble bien moins touristique que ses voisines de la vallée sacrée. Le coup de foudre est immédiat et dès nos premiers mètres à pieds à la recherche d’un hôtel, nous tombons sous le charme authentique de ce grand village.

Perou Urubamba 65

A Urubamba, la météo est largement clémente tout au long de l’année et nous profitons d’une première visite sous un soleil réconfortant. La vie semble tranquille ici, rythmée par une vraie vie de village avec des petits commerces un peu partout, un grand marché, des églises et toujours, cette éternelle Plaza Mayor, qui régit la vie de nombreuses villes au Pérou.

A n’importe quel moment de la journée, la grande place est animée. Les bancs sont pris d’assaut par les locaux, toutes générations confondues. Quelques glaciers autour de la place font le bonheur des péruviens toujours très gourmands quand il s’agit de sucreries !

Perou Urubamba 04

Dans la grande rue piétonne, on trouve une multitude de coiffeurs, collés les uns aux autres. Il y en a qui n’ont pas peur de la concurrence ! Urubamba et ses ruelles étroites nous séduit toujours plus. Il fait vraiment bon flâner ici, et la vie doit y être très douce.

Le grande halle de la ville abrite un marché haut en couleurs où les meilleurs produits frais se vendent à prix riquiquis. Les plus impressionnant, c’est le monde tout autour de ce marché avec ces extensions d’étales de fruits, de pains et viennoiseries, le tout dans une atmosphère absolument incroyable.

Perou Urubamba 06

On ne vient pas à Urubamba pour visiter une énième ruine inca mais pour goûter réellement à la vie locale, au plaisir de vivre à un rythme plus posé dans un décor magnifique. C’est sans hésitation une de nos villes préférées au Pérou, ce genre d’endroit où on s’émerveille à chaque coin de rue. On marche dans les rues, des enfants jouent à la balle en rigolant à pleines dents, au loin on entend de la musique, peut-être une fête, on choisit quelques fruits et légumes au marché pour le repas du soir et on savoure une fois de plus l’ambiance unique de la Plaza Mayor et ses vendeurs ambulants.

Et puis pour couronner le tout, on a trouvé un hôtel absolument charmant, le Venka, pas cher du tout et avec un grand jardin où l’on peut profiter pleinement du temps qui passe. Quelques colibris y ont élu domicile et les odeurs des figuiers, poiriers et autres arbres fruitiers du jardin embaument les airs.

Ollantaytambo-Urubamba :
En collectivo depuis la place du marché d’ Ollantaytambo, comptez 2,50 soles par personne soit 70 centimes d’euros
.
Hopedaje Venka Urubamba:
Nous avons négocié en direct une chambre double tout confort et très propre à 50 soles la nuit soit 14 euros. Pour le petit déjeuner que nous recommandons aussi, comptez 10 soles par personne soit 2,80 euros. Rapport qualité prix vraiment très bon et possibilité d’avoir accès à une cuisine très clean pour se faire à manger

Les salines de Maras

Toujours installés à Urubamba nous décidons d’ aller aux salines de Maras, non loin d’ici. Nous essayons de trouver un collectivo pour y aller mais ils ne proposent pas de trajet direct pour les salines. Un monsieur nous propose ses services de taxi pour nous y rendre. Banco ! Nous nous rendons alors à une trentaine de minutes d’ Urubamba pour découvrir cette étendue salée. En chemin, nous sympathisons bien avec Romario qui nous propose ensuite de nous conduire sur le site archéologique de Moray (et pas que) puis de nous ramener à Urubamba. Le feeling passe bien et son tarif est plus que convenable. Encore Banco !

Perou Urubamba Salineras Maras 02

Nous arrivons dons à Maras, enfin aux salines, tout contents d’avoir un chauffeur prudent et ultra sympa. Et là, nous découvrons les salines qui abritent des centaines de bassins suspendus en terrasses sur les flancs de la montagne. Le spectacle est incroyable et encore, nous n’y sommes pas quand tous les bassins sont blanc de blancs. Étant donné qu’il a plu la veille, la terre rouge s’est mélangée au sel ce qui fait un paysage moins pur mais tout aussi impressionnant. C’est à un ruisseau saturé en chlorure de sodium qu’il faut dire merci pour cette ressource naturelle qui fait vivre la grande majorité des habitants de Maras.

Perou Urubamba Salineras Maras 05

C’est vraiment beau et on peut marcher le long de ces bassins de sel. En grattant la croûte de sel formée sur les pierres, on peut gouter ce condiment au goût extra. Attention à ne pas en abuser tout de même car cela donne (vous vous en doutez) très très soif !

Perou Urubamba Salineras Maras 10

Un homme creuse un nouveau bassin, les pieds dans la boue mais très fier de ce qu’il est en train de construire. 160 à 200 tonnes de sel sont produits chaque année dans ces salines qui méritent vraiment la visite.

Perou Urubamba Salineras Maras 16

Perou Urubamba Salineras Maras 18

Salines de Maras :
Bonne nouvelle, l’entrée au Salinas de Maras ne fait pas partie du Boleto General ou Partial et on peut payer son ticket directement à l’entrée du site ! Selon le chauffeur, cela pourrait ne pas durer mais pour l’instant c’est le cas. En plus le prix est tout petit, comptez 10 soles par personnes soit 2,80 pour visiter un site qui a vraiment de la gueule

.Maras, le village

Après la visite des salines, Romario nous conduit au village de Maras. Et là encore une fois c’est le coup de cœur. Le village est tout petit et se concentre une fois de plus autour de sa Plaza Mayor. Plus loin, s’enchainent des rue toutes plus atypiques les unes que les autres. On a l’impression que ce village s’est arrêté dans le temps. Il n’y a presque personne dans les rues et l’on peut observer les maisons fabriquées d’une manière propre au village. Les briques qui constituent la structure des maisons sont faites d’un mélange de terre et de débris végétaux, compactées puis recouvertes ou non d’un enduis.

Perou Urubamba Salineras Maras 23

Il y a beaucoup de chiens errants ici et comme d’habitude ils sont adorables et ne réclament que de l’attention et des caresses.

Perou Urubamba Salineras Maras 34.JPG

Pas d’hôtels et peu de restaurants ici ce qui fait qu’on ne peut pas rester très longuement dans cette charmante ville qui préserve (avec raison) sa vie locale et peu touristique.

Moray, sans ticket

Nous sommes à nouveau sur la route avec Romario et cette fois nous prenons la direction d’un site très visité dans la vallée sacrée, les ruines archéologiques de Moray. Les ruines de Moray sont visitables une fois de plus uniquement en se munissant du fameux Boleto Touristique. Et ça, ça nous énerve vraiment ! Nous n’arrivons pas à comprendre pourquoi les gens  ne pourrait pas choisir entre:

  • Prendre THE boleto (partiel ou général) et choisir cette option volontairement car l’on veut faire quasi tous les sites de la vallée en peu de temps. On comprend alors l’utilité et l’économie.
  • Choisir de ne pas prendre le boleto mais pouvoir payer à l’unité certains sites sans pour autant vouloir tous les faire. Ceci est notre cas et nous aurions aimé pouvoir payer (même au prix fort) l’entrée de Moray seule par exemple.

Cette deuxième option n’étant pas possible et n’ayant toujours pas l’intention de payer ce boleto, Romario nous propose une manière « alternative » pour rentrer sur le site. Un peu hésitants au début, nous nous décidons finalement à suivre sa combine plus par curiosité que par vraie envie de découvrir le site.

Perou Urubamba Moray 01

La combine

Beaucoup de chauffeurs de taxi proposent cette combine dans le coin. Une petite explication technique s’impose. Depuis Maras, on accède au site archéologique de Moray par une route unique, mais en continuant cette route, on peut aussi arriver à Ollantaytambo. A l’entrée du site, un gardien demande les tickets pour Maras, Romario lui dit qu’on ne s’arrête pas à Moray mais que l’on continue sur Ollantaytambo. Le gardien nous laisse passer. On passe le parking, descendons un peu la route et nous arrêtons aux toilettes publics. Romario nous demande d’y aller et d’en ressortir comme si de rien n’était pour emprunter un des chemins d’entrée sur le site. Pendant ce temps, il part avec la voiture (pour faire illusion) et nous retrouve ensuite plus tard sur le parking. La combine fonctionne parfaitement et nous rentrons sur le site sans montrer pâte blanche. L’erreur commise par certains chauffeurs, comme il nous dit est qu’ils ne vont pas assez loin avec la voiture et se font repérer. Il nous dit avoir fait bien 5 kms avant d’avoir rebroussé chemin.

C’est un peu stressés que l’on pénètre alors sur le site. On a un peu peur de se faire prendre mais on se fond vite dans la masse. Petite adrénaline quand on a l’impression qu’un garde vient vers nous. Et finalement rien, on visite le site comme n’importe quel touriste, boleto en moins c’est vrai.

Perou Urubamba Moray 03

Que dire du site ? C’est grand mais moins grand qu’on ne l’imaginait. Plusieurs impressionnants enchainements d’anneaux concentriques se dessinent sous nos yeux. Amphithéâtres incas, dessins extraterrestres ? Il n’en est rien ! Ce sont en vérité les vestiges de terrasses arrondies qui abritaient des centres de recherche agricole inca. On y expérimentait toutes sortes de cultures et chaque étage de terrasse bénéficiait d’un micro-climat propice à telle ou telle végétation.

Perou Urubamba Moray 07

C’est assez impressionnant à voir mais on a vite fait le tour du site. On se demande si on va se faire prendre à la sortie mais non, personne ne nous demande rien. Ouf !

Perou Urubamba Moray 13

Perou Urubamba Moray 14

Perou Urubamba Moray 09

Romario nous attend sagement dans sa voiture rouge sur le parking. Pour lui aussi c’est un peu stressant mais ça va il gère. Il faut maintenant repasser le même gardien a qui il avait dit aller à Ollantaytambo ! On attend que le gardien soit occupé pour foncer sans qu’il nous reconnaisse ! Mission accomplie, on est pas fiers mais en même temps c’est les petites expériences comme celle-ci qui font de chouettes souvenirs. On rigole un bon coup et il nous ramène toujours avec autant de prudence à Urubamba.
.

Romario Taxi :
Nous l’avons rencontré au terminal terrestre d’Urubamba. Son tarif pour le tour: Urubamba, salines, Maras, Moray, Urumbamba —> 80 soles soit 22,60 euros. Chose très importante, il ne roule pas vite et est très prudent en plus d’être hyper convivial et toujours prêt à donner des infos. Pour le contacter, voici son téléphone : 949199406  depuis un téléphone local

.
.
Voir d’autres articles sur les environs de Cusco et la vallée sacrée :

Perou Cuzco (2) Cusco, porte d’entrée de la vallée sacrée
PerouRainbow Mountain Rainbow Mountain, on a marché sur un arc en ciel !
Perou Ollantaytambo Ollantaytambo, hors piste
Perou Machu Picchu Machu Picchu, mode d’emploi
Perou Machu Picchu (2) Machu Picchu, sur les traces des incas
cambodge Voir tous nos articles sur le Pérou

4 réflexions sur “Urubamba, Maras, Moray, sacrée vallée !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s