Mont Ijen, « abandonne tout espoir, toi qui entres ici »

Sur la route du Kawah Ijen

Changement de lieu, changement de véhicule et de chauffeur pour aller à la découverte de la deuxième pépite volcanique de l’île de Java, le Kawah Ijen. Notre chauffeur nous récupère sur un parking et nous montons à bord d’un mini van tout confort. On peut bien s’étaler car nous sommes seuls pour cette deuxième partie du tour organisé. Pied au plancher, ce deuxième chauffeur est un peu moins prudent que le précédent ce que nous ne manquerons pas de lui faire remarquer à la pause déjeuner. On nous arrête à un petit restaurant de bord de mer. Après avoir englouti des plats de nouilles sautées, on va voir ce que donne la plage ici. Pas mal mais pas au point de courir enfiler un maillot !

Asie-Indonesie-Mont-Ijen-Volcan-02.jpg

Sympa Sempol

Nous n’allons pas faire la visite du mont Ijen d’une traite et passons notre soirée et nuit dans l’adorable village de Sempol. Là, nous avons une chambre réservée dans une sorte de motel qui dispose quand même d’une piscine et d’un jacuzzi très très chaud ! Il reste encore deux bonnes heures avant que le jour se couche, nous en profitons pour aller explorer les environs.

Asie-Indonesie-Mont-Ijen-Volcan-30.jpg

Comme d’habitude sur le l’île de Java, on est super bien accueillis et tous les jeunes accourent pour se prendre en photo avec nous. Et comme d’habitude, on se prête au jeu avec joie. Ce village est très paisible, il vit en partie grâce aux quelques touristes qui viennent visiter le mont à partir d’ici mais vit surtout des immenses plantations de café qui entourent Sempol et les autres villages environnants.

 

 

 

 

 

Il y a cette partie de village, très proprette, arrangée avec soin et très fleurie et il y a une autre zone en contre-bas, bien plus rustique où de nombreuses cabanes en bois font office d’enclos à chèvres. Ici, personne ne vit sauf de nombreuses bêtes qui sont un peu entassées. Juste à côté de cet endroit à l’odeur délicate il y a des bains publics où femmes et hommes font leur toilette, nus comme des vers pour la plupart. Nous passons par ici et sommes accostés par un homme qui nous propose de venir dormir dans l’une de ses chambres. Pour cette nuit nos sommes déjà engagés mais cela aurait pu être une belle expérience d’autant plus qu’il était très sympathique !

Asie-Indonesie-Mont-Ijen-Volcan-09.jpg

 

 

 

 

 

Sublimes chutes

Par la route principale, nous descendons à pieds jusqu’à l’indication d’un chemin pour accéder à des chutes d’eau. Quelle découverte sur place où nous sommes seuls: une chute d’eau chaude sauvage magnifique et dans une jungle préservée. On voit la vapeur d’eau chaude s’échapper du torrent qui se déverse. Ce pourrait être une chute d’eau digne d’apparaitre dans le film Jurassik Park tellement on la sent en osmose avec son environnement et encore très peu connue des touristes.

 

 

 

 

 

Asie-Indonesie-Mont-Ijen-Volcan-14.jpg

Asie-Indonesie-Mont-Ijen-Volcan-16

Asie-Indonesie-Mont-Ijen-Volcan-18.jpg

Asie-Indonesie-Mont-Ijen-Volcan-24.jpg

Se lever aux aurores pour voir l’incontournable

Le choix est compliqué: se lever à 4 heures du matin pour faire l’ascension du Kawah Ijen et la descente dans le cratère ou se lever à 1h du matin pour aller voir les fameuses lumières bleues qui proviennent des vapeurs de soufre qui s’échappent du cratère du Kawah Ijen avec une température proche des 200 °. La nuit dernière nous n’avons déjà pas dormi mais pourtant l’envie de voir le spectacle naturel étonnant des lumières bleues nous titille. Devinez ? Nous enclenchons notre réveil pour 00h30, allons nous coucher pour essayer de dormir 2-3 heures.

Le réveil qui pique

Dring dring driiinnnnngg ! Il est l’heure de se tirer d’un profond sommeil. Le temps d’enfiler nos habits, de fermer nos sacs et nous sommes déjà dans le mini van prêts à partir pour une bonne heure de route jusqu’au Kawah Ijen. Lampes frontales installées, lacets bien noués, nous commençons l’ascension vers le volcan pendant deux bonnes heures de marche. Il fait nuit noire et la montée n’est pas insurmontable bien que délicate après avoir peu dormi. Au début du parcours, on rencontre notre guide local, une personne habilitée ou du moins habituée à faire descendre les touristes au fond du cratère pour voir les lumières. Il nous donne à chacun un masque à gaz, qui sera fort utile au fond du gouffre tant l’air soufré est irrespirable.

Au fond du cratère

Une fois en haut, nous redescendons mais cette fois par l’intérieur, directement dans le cratère de la bestiole. La piste pour descendre n’est pas évidente mais le jeu en vaut la chandelle. Nous voyons déjà au loin ces couleurs d’un bleu électrique. Plus on descend et plus on sent qu’il est bientôt temps de mettre le masque à gaz.  Voilà, il est temps et ça fait vraiment bizarre de respirer avec ça. Mais c’est toujours mieux que de respirer des gaz toxiques.

Asie-Indonesie-Mont-Ijen-Volcan-36.jpg

Nous y voici, juste en face de ce spectacle magique. Elles sont là, les flammes, elles dansent devant nous. Il y a un peu de vent ce qui fait qu’elles disparaissent parfois dans les vapeurs de soufre du volcan et que l’on se retrouve dans une fumée épaisse, ne pouvant plus ouvrir les yeux par sécurité. C’est complétement dingue, quelque chose que l’on ne peut voir qu’ici et en Islande. On est bien sûrs maintenant que ça valait le coup de se lever si tôt.

 

 

 

 

 

Asie-Indonesie-Mont-Ijen-Volcan-40

Asie-Indonesie-Mont-Ijen-Volcan-50.jpg

Asie-Indonesie-Mont-Ijen-Volcan-43
Au loin, les lumières de ceux qui descendent jusqu’au cratère

Asie-Indonesie-Mont-Ijen-Volcan-51

Pour capter encore un peu plus l’essence magique de ces flammes, voici une vidéo du phénomène:

 

 

Il fait un froid de canard

Maintenant il ne reste plus qu’à remonter et à attendre le lever de soleil. Il fait vraiment super froid ce matin et il y a un petit vent glacial qui nous fouette le visage. Ce lever de soleil se fait vraiment attendre et quand la lumière arrive enfin, le paysage est complétement bouché par une grosse chape nuageuse. C’est raté pour voir le lac d’acide sulfurique, un des plus toxique au monde. Aux premières lueurs du jour, le spectacle est quand même fascinant. De longues tranchées se dessinent recouvertes par endroit de la poussière de cendre. On dirait de la neige sur un décor lunaire.

Asie-Indonesie-Mont-Ijen-Volcan-54.jpg

 

 

 

 

 

Asie-Indonesie-Mont-Ijen-Volcan-57.jpg

Réelles forces de la nature: les mineurs de soufre

Un paragraphe s’impose pour parler de ce métier surhumain: mineur et porteur de soufre. Des hommes descendent tous les jours au fond du cratère, la grande majorité du temps sans masque à gaz et viennent extraire le précieux soufre de la roche volcanique. Ensuite, ils gravissent le cratère dans l’autre sens avec des dizaines de kilos de soufre dans une atmosphère irrespirable et extrêmement toxique pour eux. Fatigue physique intense, danger mortel du à l’exposition au soufre mais ils gardent le sourire car ils savent qu’en faisant ce métier ils arrivent à subvenir de manière descente aux besoins de leur famille.

Asie-Indonesie-Mont-Ijen-Volcan-64.jpg

Asie-Indonesie-Mont-Ijen-Volcan-61.jpg

Asie-Indonesie-Mont-Ijen-Volcan-66

Un peu plus sur les mineurs du volcan :

 

En redescendant dans la brume electrique

Après en avoir pris plein la figure, on redescend vers notre véhicule. Il fait toujours bien froid et à gauche des silhouettes d’arbres se dessinent. Incroyablement mystique. Décidément et même avec des conditions météorologiques moins favorables que la veille le spectacle est tout aussi incroyable.

Asie-Indonesie-Mont-Ijen-Volcan-69.jpg

Une vue dégagée sur le lac aurait pu être appréciable pour la visite mais bizarrement cela n’a rien gâché au plaisir. Cette atmosphère était juste dingue, presque effrayante par moment mais d’une beauté folle. Nous recommandons vraiment de faire l’effort de se lever plus tôt pour aller voir les lumières bleues car c’est quelque chose que l’on ne voit qu’une fois dans sa vie ou plus si l’on est très chanceux !

Mont Ijen :
Hors tour, l’accès au parc est possible pour 100 000 roupies indonésiennes par personne. Comptez 150 000 le dimanche
.
Les lumières bleues :
Il faut payer un supplément pour aller voir les lumières bleues le matin très tôt même en ayant pris un tour. Comptez entre 100 000 et 150 000 roupies indonésiennes par personnes. Exigez dans ce prix que l’on vous fournisse des masques à gaz

.
.

Voir d’autres articles sur les volcans de Java :

indonesie-java-malang Malang, la porte d’entrée des volcans de Java
indonesie-java-bromo Mont Bromo, objectif Lune
cambodge Voir tous nos articles sur l’Indonésie

15 réflexions sur “Mont Ijen, « abandonne tout espoir, toi qui entres ici »

  1. Coucou vous deux 🙂 pour nous Java et ses volcans, c’est dans deux semaines ! Je me posais une petite question car je viens de voir qu’il y avait un vent glacial en se rendant au blue fire. Est-ce qu’un T-shirt + une veste technique type polaire sont suffisants pour se prémunir du froid, où faut-il qu’on emporte un pull en plus dans le sac (sachant qu’il est déjà assez bien rempli ^^) ?

    J'aime

    1. Hello !! Alors sachant que vous allez vous y rendre très très tôt le matin il fait en effet très froid ! Nicolas avait une veste polaire et moi polaire+parka+foulard et franchement on a vraiment souffert du froid en attendant le lever du soleil !!! Du coup si vous le pouvez prenez une couche en plus 🙂 Apres je ne sais pas s’il fait moins froid a cette periode mais bon au cas ou !
      Genial en tout cas, vous allez adorer !

      Aimé par 1 personne

  2. Le mont Bromo un vrai volcan de bande dessinée. Le Kawa Ijen, j’ai cru mourir pour y monter (j’étais encore fumeuse!!!) Et en plus dans le brouillard…mais nos efforts ont été récompensés, pas de flammes bleues (ça n’était pas proposé à l’époque ) mais un magnifique lac vert.quant aux porteurs de souffre, quelle vie difficile..Ils portent 70 kgs par des chemins escarpés. A bientôt à Bali 😎

    J'aime

    1. Bromo et Ijen sont vraiment incroyables à faire !! Ca reste un de nos souvenirs les plus beaux d’Indonésie !! Et ces porteurs de soufre … quelle vie et quel courage il faut pour faire ça !

      J'aime

  3. J’aime beaucoup tes articles 😉 Et dans celui-ci les photos étaient magique cela me fait voyager avec toi. Je souhaitais t’annoncer que je viens de répondre au tag Liebster Award pour lequel j’ai été nominée, et je te nomine à mon tour car je serais curieuse de connaître tes réponses à mes questions.
    Les modalités se trouvent dans mon article http://wp.me/p5P3aM-ZZ
    Bonne soirée 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Marine et un grand grand merci pour ta nomination et pour tes compliments !Toujours en vadrouille et sans mentir avec un peu beaucoup de retard sur nos articles… nous répondrons à tes questions avec grand plaisir a notre retour de tour du monde ! Belle continuation à toi 🙂

      Aimé par 1 personne

  4. Le s flammes bleues sont surprenantes et magnifiques.
    Continuez, c’est très agréable de voyager avec vous.
    Bises Pat et Cath

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s