Frontière Laos-Cambodge, une expérience troublante

Le départ direction Cambodge !

Au petit matin, après un bon petit déjeuner nous partons pour notre première traversée de frontière en terrestre. On dit beaucoup de chose sur le passage de la frontière pour passer du Laos au Cambodge. Les gens parlent surtout d’arnaques au Visa touristique. Nous allons bien voir ce qu’il en est.

Ticket de bus
220 000 Kips par personne au restaurant Fasai qui se trouve tout proche de notre guest house. C’est le tarif le moins cher que nous ayons trouvé sur l’île de Don Khone même en allant directement à la station de bus. Imbattable.
.
Le trajet
Départ à 7h45 de Don Khone par le bateau. Arrivée 8h20 de l’autre coté pour un départ bus vers la frontière à 10h. Nous arrivons à Siem Reap au Cambodge à 17h.

La frontière, un business juteux

cambodge-siem-reap-01

Nous le savons maintenant: la question n’est pas de savoir si vous allez vous faire racketter, mais de combien.

Nous avons une petite appréhension à l’approche de la frontière. Dans le bus, un homme nous demande à chacun 40 $US pour s’occuper de nos Visas pour le Cambodge sans même avoir à quitter le bus. Étonnant pour un visa qui coûte normalement 30 $US. Il insiste lourdement en disant que si l’on choisi de les faire seuls en descendant du bus et en allant au poste frontière ce sera compliqué, long et que tous les jours, plusieurs personnes ratent le bus qui n’attend pas. Il ne laisse pas vraiment le choix. Beaucoup de personne déposent leur passeport dans un grand sac plastique et s’acquittent des 40 $. Nous décidons avec quelques autres personnes de faire ce Visa par nous même en pariant qu’il bluff.

img_1780

Étapes du passage frontière :

1- Quitter le Laos.Au poste frontière du  Laos il faut commencer par payer 2 $US pour le tampon de sortie sur le passeport, bien sur c’est illégal mais la négociation est corsée. On paye donc nos 2 $US par tête après avoir tenté la négociation. Nous sommes dans les premiers et nous finissons vite cette étape.

2- Traverser le no mans land. Jusqu’au poste frontière cambodgien, rien à signaler, il faut juste faire 200m à pieds au soleil. Rien d’insurmontable

3- Vérification du livret jaune de vaccination. Si on ne l’a pas ou si on ne sait pas qu’il faut le sortir ça vous en coutera 1 $ pour le « service ». Entendez service pour simplement obtenir un feuillet jaune qui informe sur les numéros d’urgence du pays. Si vous avez déjà le livret, sortez-le et passez à l’étape suivante.

4- Le visa d’entrée. Le visa est normalement à 30 $ mais ici ils décident de demander 35 $ en invoquant le fait que les 5 autres dollars sont pour payer le tampon d’entrée… La négociation est quasi impossible. Certains n’ayant pas plus que 30 $ sur eux  pourront avec de l’attente supplémentaire, une mise sur le côté stressante, obtenir le Visa au prix initial de 30 $. Une personne de notre groupe l’a fait, les autorités lui on demandé expressément de ne rien dire. Il ne faudrait pas trop que leur magouille se sache tout de même !

5- Le tampon de sortie. Il est déjà payé mais nous craignons d’autres montants sortis de nulle part. Après vérification du passeport et remplissage du formulaire d’entrée on a nos tampons.

6- Quitter le poste frontière. C’est le dernier check de la police des frontières qui s’assure que tout est en règle. Ils nous gratifie même d’un merci beaucoup et d’un au revoir en français.

Finalement le bus est encore là, on attend même longuement avant de partir et celui chargé des Visas de ceux qui ont payé n’est pas encore arrivé ! C’était bien du bluff. Ceux qui on payé les 40 $ s’en mordent un peu les doigts. On aura payé finalement 37 $ par tête au lieu de 40. Petite victoire et une faible économie mais cela nous à permis de ne pas déposer nos précieux passeports dans un sac plastique et de tester l’expérience passage de frontière à pieds !

Ces pratiques mafieuses aux frontières donnent une mauvaise image pour un premier pied dans le pays. Ils semblent de toute manière très peu concernés par cette mauvaise réputation qu’ils entretiennent. A savoir maintenant comment ils se partagent le butin !

De là, contents d’avoir fait cette tentative sans trop céder nous continuons notre voyage vers Siem Reap.

23800_cambodia-language

10 réflexions sur “Frontière Laos-Cambodge, une expérience troublante

  1. Je l’ai vecu cette année et je suis resté 2h a la frontiere a lutter contre cette corruption .. please ne ceder pas 😦
    Ils augmenteront a force de voir que les gens paient .

    Aimé par 1 personne

  2. Édifiant !!!
    Bravo, en tous cas !
    Le plus grand bénéfice étant effectivement de n’avoir point laissé vos passeports dans un sac plastique…
    Toute cette corruption, finalement assez universelle à divers degrés de par le monde, ça laisse songeur sur la nature humaine profonde…
    Les jours où l’on est bien luné, ce ne semble que de petits défauts qui font le charme de la condition humaine, mais d’autres jours où tout se goupille moins bien, c’est, au mieux, agaçant, mais vite souvent désespérant… Surtout quand cette corruption se produit sous nos latitudes où, somme toute, il y a beaucoup moins d’excuses, bidons ou pas, pour la justifier.
    Après, on ne va pas passer sa vie à voyager au Danemark pour éviter les embrouilles à tout prix !
    Même si le Danemark c’est aussi très chouette : )

    J'aime

    1. Hello ! C’est marrant justement on parlait de vous car on vient de se faire une rando de chez rando à travers la jungle malaisienne et les plantations de thé. Une folie très très très physique mais tellement sublime. On s’est dit que ça vous aurait bien plut.
      Pour en revenir à la frontière on l’a pris cool car de toute façon ce n’est pas demain que les choses vont changer. Cependant si tout le monde faisait la démarche de refuser la prise en otage des passeports et le racket, les choses pourraient s’améliorer ! Enfin bon les choses ne sont pas toutes roses et je suis sûre qu’au Danemark ils ont aussi leur part d’ombre… ou pas !
      Grosse bise à vous !

      J'aime

  3. Aie aie aie, on a aussi testé le passage de frontière, mais étant à velo, ils ont vite compris qu’on pouvait dormir sur place s’il le fallait. Au final 10 minutes d’attentes à chaque postes, nous n’avons rien payé de plus que les 30$ officiels. Mais effectivement, on imagine que ne pas céder est beaucoup plus difficile en bus et même à velo, il faut s’armer de patience et resister à leurs discours bien rodés.

    Bonne route à vous , nous sommes à Kep, le crabe est excellent et la mer est chaude 😉
    Mathilde et Maxime

    J'aime

    1. Hello! Oui a vélo ils ont du se dire: « Ceux-là peuvent y rester la journée, comment se débarrasser d’eux?! » C’est vrai qu’on avait siand meme un bus qui nous attendait donc on pouvait pas trop trop s’attarder! Bravo de ne pas avoir céder!
      On est sur l’ile de Koh Rong Samloen c’est top, avant nous etions a Kampot et Kep, top top aussi 🙂 Profitez bien !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s