Sapa, trek au milieu des rizières

dsc08029

Sapa, 1650 mètres d’altitude, au nord du Vietnam c’est un incontournable pour tout amoureux de la nature qui se respecte. Des paysages d’un vert époustouflant, des rizières encadrées par des montagnes arborées… Nous voulions absolument voir ça !

Comme c’est un voyage un peu particulier (composé sur place de nombreux treks sur des chemins peu balisés) nous avons décidé de faire appel à un organisateur de « tour » local pour aller à la découverte de Sapa. Il y a pléthore d’offres dans ce genre à Hanoï et le choix de l’agence peut vite s’avérer compliqué. Finalement, nous avons décidé de faire confiance à  une agence qui proposait un tarif raisonnable ( 70 US$ pour deux soit 3 170 000 VND) pour un séjour de 3 jours/2 nuits sur place tout inclus avec transport aller-retour. Nous ne citerons pas l’agence en question car nous avons été un peu déçus des prestations offertes mais c’est surtout le choix de passer par un tour opérateur qui ne nous convient pas.

Après un long voyage (350 kilomètres depuis Hanoï) en bus de nuit couchette (départ 21h Hanoï arrivée 6h du matin à Sapa), nous sommes un peu cassés par cette non-nuit passée dans des sortes de petits sarcophages sur roues. Nous laissons nos affaires en dépôt dans un hôtel , prenons de quoi se changer pour normalement passer un nuit à l’extérieur et commençons le trek avec notre guide local, un petit bout de femme qui semble connaitre la région comme sa poche.

view-sapa-vietnam

Soleil à l’horizon, temps idéal, taille de notre groupe raisonnable (10), nous partons ainsi pour notre premier trek en terre de Sapa. Le paysage est magnifique, sincèrement le panorama est à couper le souffle. Ces rizières en terrasses, cette végétation dense et ces monts à perte de vue, c’est un vrai régal. Au début du trek nous croisons des femmes en tenue traditionnelle, elles s’adressent à nous en demandant en anglais: « D’où venez-vous ? Comment vous appelez-vous ? Combien de frère et de sœur avez-vous ? « . Hum, bien sympathique mais qu’est ce que cela peut bien cacher ? Nous le découvrirons plus tard mais pour l’instant nous marchons dans ce paysage sublime pendant quelques heures à un bon rythme. Nous croisons d’autres groupes, beaucoup de groupes… il faut dire que ce chemin est facilement praticable et accessible à tous. Pour être totalement honnête, ces groupes en file indienne nous gâchent un peu le plaisir. Mais bon, c’est si beau.

Après cette belle marche, nous arrivons aux abords d’un petit village. Les femmes que nous avions rencontré nous suivent toujours. Nous avons bien repéré leurs sacs sur le dos qui semblaient contenir de la marchandise. Gagné ! Le piège se referme, la guide s’éloigne et voilà ces gentilles dames devenir des vendeuses hors pairs. Nous ne nous laissons pas faire, mais d’autres du groupe succombent. Il faut dire que pendant la ballade elles cherchent vraiment à tisser un lien pour qu’à la fin il soit difficile au touriste de refuser d’acheter un de leur produits. Business is business, mais nous trouvons ça dommage et cela dénature vraiment l’authenticité de ces rencontres. Nous déjeunerons dans un restaurant à touristes où les vendeuses ambulantes viendront encore une fois frapper. Un mélange entre rire et gêne nous envahit pendant que nous mangeons avec nos deux compagnons de route londoniens Nick et Sophie. Mauvais point pour le tour organisé.

sapa-trek-vietnam

Il est deux heures de l’après midi, nous arrivons dans notre guest house la Family Hoachan chaleureuse accueillante et très bien tenue. Nous entamons alors notre premier temps libre du séjour… La première fois ça va, on fait connaissance avec les autres, on papote, on fait une sieste. Il est six heures de l’après midi on va cueillir quelques légumes puis on participe tous à la cuisine pour le soir. Moment sympa, on roule des rouleaux de printemps, un fait frire du tofu et on s’attable pour déguster le tout généreusement servi. Nous faisons plus ample connaissance de quatre amis belges, Valentine, Justin, Jean-Sébastien et Pascal, qui visitent le Vietnam en trois semaines. Nick et Sophie sont aussi avec nous, une joyeuse petite soirée prend forme. Après avoir goûté à la « happy water » (comprenez de l’alcool de riz local) et trinqué en vietnamien « Chúc sức khỏe », nous entamons un jeu où chacun doit chanter une chanson sinon il boit deux verres d’alcool de riz…

dsc08173

Il est l’heure d’aller au lit car le lendemain nous partons pour un nouveau trek.

Vers 10 h du matin (temps libre, temps libre) et après un très bon petit déjeuner, nous suivons notre guide pour une marche très sportive cette fois-ci. Nous ne croisons plus de groupe et ça change tout. La paysage est toujours aussi beau, ça grimpe vraiment beaucoup et il fait chaud mais notre guide a dû juger la veille de nos bonnes capacités physiques.

amazing-trek-sapa-vietnam

sapa-landscape-vietnamÉpoustouflant, les vues s’enchainent et ont toutes un caractère bien particulier. Cette marche est vraiment très agréable et se fait dans la joie et la bonne humeur. Notre petit groupe est vraiment sympa. Cette matinée de marche est de très loin supérieure à la première. Nous sommes vraiment plongés en pleine nature sans sollicitation extérieure.

riziere-sapavietnam

Nous arrivons dans une guest house vers une heure de l’après midi pour le déjeuner. Là, nous attendent encore les vendeuses de souvenir… usant. Nous mangeons un repas (moyen) et là surprise, notre guide nous dit que pour nous deux qui avions choisi une formule 3 jours/2 nuits tandis que les autres avaient pris 2jours/1nuit, cela s’arrête ici pour aujourd’hui pour recommencer la prochaine activité au minimum à 9 heure le lendemain matin. Au milieu de nulle part, sans nos affaires (dont nous étions censé être séparés une nuit seulement), on nous annonce donc implicitement que nous payons une fois de plus pour du temps libre ! Une fois ça va mais pas deux… Le principe ne nous plait pas du tout et le faisons savoir à l’agence avec qui nous négocions un retour sur Sapa pour la nuit qui nous reste afin de pouvoir récupérer nos affaires et faire autre chose qu’une pause forcée.

bridge-sapa-vietnam-2

bridge-sapa-vietnam

Arrivés sur Sapa, nous laissons nos compagnons de routes qui eux avaient choisi finalement la bonne option. Sophie qui a l’habitude des tours organisés nous dira d’ailleurs à juste titre « jamais plus d’une nuit » s’agissant de ce genre de tour. Nous décidons carrément de ne plus nous laisser embobiner par la facilité qu’offre ces tours qui ne correspondent pas à nos attentes.

Le karma devait être mauvais. Arrivés à l’hôtel sur Sapa, nous cherchons nos sacs stockés dans une pièce prévue à cet effet. Nous ne nous en rendons pas compte tout de suite mais une souris s’est infiltrée dans le sac de Nicolas en le dévorant et en attaquant aussi quelques affaires à l’intérieur. Résultat: un sac troué et bien, trousse de toilette grignotée, câble d’ordinateur rongé et un jogging aussi. Nous en faisons part à l’accueil de l’hôtel le Mountain View Hotel qui fait preuve d’une mauvaise fois sans précédent nous accusant presque d’avoir fait ça avant… Notre correspondant de l’agence sur place vient nous voir et nous dit que tout sera réglé le lendemain. Nous partons couchés un peu  agacés de cette fin de journée. Mais bon c’est quand même assez comique comme situation non ?

Le lendemain, nous devons partir, tout s’arrange pour le sac, le garçon de l’agence (et non l’hôtel) emmène réparer le sac et la trousse de toilette chez une couturière. Réparation très bien faite, première blessure de guerre pour le sac de Nicolas. On rigole avec lui et on lui dit qu’on veut la même chose pour le deuxième sac quitte à le laisser aussi se faire manger par les rats. Pour le câble de l’ordinateur, il ne trouve pas sur place et nous propose de nous en faire apporter un à Hanoï. Nous le réparerons finalement avec du scotch et preuve de la bonne réparation, nous pouvons encore écrire des articles aujourd’hui.

Finalement, tout est possible sur place sans tour, on peut prendre un guide sur place ou se perdre un peu, se loger, manger, se promener et c’est plus sympa de décider du rythme que l’on veut prendre. Nous ne prendrons plus ses excursions qui ne correspondent pas à notre manière de voyager.

La destination en elle-même est à faire absolument si vous voyagez au Vietnam. Sapa est une beauté préservée et offre aux marcheurs des moments inoubliables.

vietnam Voir tous nos articles sur le Vietnam

5 réflexions sur “Sapa, trek au milieu des rizières

  1. Nous avons vécu la même chose que vous concernant le trek accompagné !!! à Sapa. L’ayant fait sur 2 jours avec hébergement bien sympa c’est vrai. Nous avons quitté le groupe le lendemain matin, ça nous gavait l’autoroute ! Sommes rentrés sur Mapa par notre propre moyen avec l’application Maps Me pas trop de problème. On a vraiment apprécié ce moment et à aucun moment sollicité par les vendeuses ambulantes!Qui il est vrai essaie de gagner leur vie ainsi.

    J'aime

    1. Bonjour ! Après comme on dit, il en faut pour tous les goûts ! Mais l’environnement de Sapa reste suberbe et à ne pas rater en venant au Vietnam. Il faut juste réussir à rendre cette découverte plus exclusive 🙂 A bientôt.

      J'aime

  2. C’est magnifique, tout ça !
    Pour le tour, je comprends votre frustration.
    Toutefois, il me semble que le plus dérangeant n’est pas tant le côté « préorganisé » du tour, mais plutôt le côté « arbitrairement collectif », ainsi que le côté « piège à touristes ». Parfois l’issue consiste à monter un peu en gamme, quitte à payer plus cher, et quitte à craindre de s’éloigner un peu du concept routard, mais on peut alors trouver des tours plus intimistes et sur-mesure, carrément en couple ou très petit groupe (3 ou 4 pers), et découvrir ainsi des lieux un peu hors circuit mais néanmoins très intéressants…
    C’est le plus souvent une question de karma : je me souvient, en guise de contrexemple, d’un tour (un peu décidé au pif) de 7 jours dans le centre rouge de l’Australie avec une dizaine de personnes (presque notre première expérience « collective »), et qui était dense et génial. Et parfois c’est le flop : (
    Idem pour les vendeurs : typiquement en Afrique…, ou récemment au Tibet, sur un des plus hauts cols routiers du pays, on sort du véhicule à 5200 m d’altitude en plein Himalaya pour apprécier ce bout du monde…et une quinzaine de vendeurs à la sauvette de ruent sur toi : )

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s