Népal, ce que l’on en retient

Après une expérience plus que positive au Népal, nous avions envie de dresser un petit bilan de notre séjour.

Les locaux

Au Népal, qu’importe la ville où l’on se trouve, il n’est pas difficile de croiser un sourire, d’échanger un Namasté. D’une gentillesse extrême, les locaux sont vraiment accueillants et ceci toutes générations confondues. Entre eux ou avec les étrangers, ils sont ouverts d’esprit, altruistes, attentifs aux autres et pratiquent un anglais très correct ce qui permet de très belles interactions. Il y a très peu de mendicité au Népal et personne ne semble abandonné par la société. Petit commerce, chambre d’hôte ou restaurant, il y a de la place pour tout le monde.

L’égalité entre les femmes et les hommes semble couler de source et tous les métiers peuvent être pratiqués que l’on soit une femme ou un homme. Il y a de belles lecons à retenir. Au Népal on travaille; à son rythme certes mais on ne chôme pas. Les enfants par exemple vont à l’école 6 jours/7.

Nous avons été profondément touchés par ces gens et nous sommes sentis véritablement chez nous dans ce pays pourtant très loin de la France. Les népalais sont à eux seuls la plus grande richesse de leur pays déjà magnifique.

 

Les paysages

Montagne, collines, cultures en escaliers, jungles, lacs et grandes villes: le Népal offre un spectacle continu aux yeux des visiteurs. Prenez de la hauteur et vous en aurez toujours plein les yeux. Encore pur, le Népal qui parfois peut décevoir par sa non-gestion des déchets qui sont jetés partout et par tous est cependant un vrai bijoux d’authenticité.

Attention, dans les monuments et sites à visiter payants il y à différents tarifs, ceux pour les « blancs » comme nous, ceux pour les népalais et ceux pour les membres de la SAARC. Évidemment, les prix les plus hauts sont pour nous, touristes étrangers et on nous repère d’ailleurs de très loin. Cette pratique n’est pas très agréable car on se sent pigeonné, « snippé » en tant que portefeuille ambulant.

 

La spiritualité

Bouddhisme, Hindouisme, ces deux religions cohabitent au Népal avec grand respect. La spiritualité est au cœur de la vie des locaux qui embaument rues et maisons avec leurs encens aux odeurs délicieuses. Il ne faut pas marcher longtemps avant de croiser un lieu de culte, plus ou moins grand, plus ou moins bien entretenu. Stûpa, monastères, temples: ces lieux hors du temps reflètent un Népal fortement spirituel.

 

L’ après séisme de 2015

En 2015, le Népal a subi un tremblement de terre, tuant 8000 personnes et faisant des dégâts colossaux. Il s’agit du plus puissant depuis des décennies. Les dégâts sont impressionnants du côté de Katmandou et sa vallée. Les ‘Durbar Square »,sites historiques de Katmandou, Bhaktapur et Patan sont aujourd’hui fortement endommagés et en reconstruction. Dans les villes, les habitations ont subi le même sort et certaines sont toujours en ruines. Le pays se reconstruit, tout le monde veut tourner la page, recommencer sur des bases plus saines. Pendant notre séjour au Népal, nous avons vécu un tremblement de terre, une réplique de celui de 2015, beaucoup moins intense mais tout de même assez perturbant pour une première.

 

Les transports

Parler d’anarchie ne semble pas trop fort pour qualifier la circulation dans les villes du Népal avec mention spéciale pour Katmandou, qui gagne la palme de la ville où règne le plus un bruit continu de klaxon (pourtant prohibé dans certains quartiers) et où les véhicules font ce que bon leur semble. Être piéton là bas n’est pas très respecté, il faut jouer des coudes, slalomer entre les motos (le casque n’est pas de rigueur) et les voitures, se faufiler, se boucher les oreilles aussi car l’ambiance sonore est tonitruante ! Il vaut mieux aussi porter un masque car les rues de Katmandou ne sont pas goudronnée et les véhiculent soulèvent des quantités astronomiques de poussière qui vont directement dans les poumons. La pollution n’est pas en reste vu le nombre de voitures et de deux roues en circulation.

dsc06128

katmandou-streets-nepal

Prendre un bus au Népal peut se faire de deux manières. Première option, vous pouvez attendre gentiment que le bus arrive … ou non. Ou alors vous pouvez crier fort le nom de votre destination à chaque bus qui passe pour savoir si c’est enfin le bon. Et aussi, ne jamais hésiter à se faire aider par les locaux, très bienveillants, qui veilleront à ce vous soyez dans le bon bus. Le bus local est vraiment très bon marché et par rapport à ce que nous avions lu dans certains blogs, les chauffeurs roulent assez doucement et ne sont pas des fous du volant. Ce qui inquiétera un peu plus c’est l’état des routes et des véhicules. Un « ramasseur » s’occupe de récupérer à la volée des passagers en étant toujours accroché à l’extérieur du bus, il crie fort les noms des destination, il s’occupe aussi de collecter les billets dans le bus.

Il y a aussi l’option des taxis, qui se trouvent vraiment partout. Il ne faut pas hésiter à négocier avec eux. Partir, puis attendre qu’ils reviennent avec un prix plus raisonnable.  Cependant avec un budget backpacker, il est préférable de prendre les bus locaux qui reviennent bien moins chers et font vivre quelques expériences mémorables.

 

La nourriture

Au Népal on mange bien si on aime les produits simples, le riz, les lentilles, les épices et les préparations végétariennes. La viande n’est pas du tout obligatoire dans la plupart des recettes népalaises. Oubliez évidemment le bœuf qui est un animal sacré au Népal et préférez le poulet si vous voulez vraiment manger de la viande. Un plat vraiment typique est le Dhal Bhat que nous avons pu consommer pour la première fois à Nagarkot quand nous étions dans la guest house familiale. C’est un plat composé de riz blanc, d’un curry de pomme de terre, d’une soupe de lentilles (qui sert à arroser le riz blanc) et aussi d’une petite préparation de poulet en sauce. C’est un plat traditionnel très goûteux.

Nous avons aussi découvert les Momo, de délicieux raviolis vapeurs qui peuvent aussi être fris pour les plus gourmands. Les Pakoras, des beignet souvent végétariens que l’on peut tremper dans une sauce curry. Les curry végétariens ou à la viande sont excellents, servis avec du riz ou des chapatis. Les œufs sont beaucoup utilisés aussi, dans la rue on les achètent durs et on les consomme directement.

Au restaurant, il faut faire attention car certains établissement appliqueront en plus des prix des plats une taxe de 10 et de 13 %. Il ne faut pas hésiter à négocier l’une ou l’autre voire les deux afin que la note reste bon marché. Ils acceptent la plupart du temps et laissent les 10 %.

Le thé est meilleur marché que le café au Népal. Une de nos boissons préférées et très bonne pour la santé était le « Honey Hot Lemon », un jus de citron dans de l’eau chaude et agrémenté de miel. Un régal.

On peut acheter des fruits partout au Népal, quand nous y étions, clémentines, oranges et bananes étaient à la fête !

 

Le marchandage

Il ne faut pas hésiter à marchander au Népal sans aller trop loin dans la négociation au risque d’avoir le sentiment de leur manquer de respect. Il y a des moments où il est bon de négocier et d’autres non, cela se sent dans un pays qui communique très bien ses sentiments. A Pokhara par exemple, certains commerces affichaient clairement que leurs prix étaient fixes et non négociables. A Katmandou, la négociation est monnaie courante.

Taxis, guest house, achats de souvenirs, tours organisés sont des choses négociables. Bus locaux, restaurants, entrée des monuments sont des choses compliquées à négocier.

Attendez-vous à être sollicités dans les quartiers les plus touristiques. Mais les commerçants ne sont en aucun cas des vendeurs agressifs et vous laissent tranquilles si vous n’êtes pas intéressés.

 

Le budget

Nous sommes restés 16 jours au Népal avec une moyenne de 45 euros par jour tout compris soit 22 euros par jour/par personne. Nous avons dormi en guest house ( prix entre 600 RS et 1000 RS par nuit selon les villes), mangé dehors chaque fois ( entre 400 et 1000 RS pour 2 selon les catégories de restaurant ) et profité de nombreuses activités et des transports sur place. La vie est peu chère au Népal en se débrouillant et en comparant les prix. L’erreur à ne pas commettre est de booker des prestations depuis la France ou depuis son pays de résidence car les prix sont deux à trois fois plus cher qu’en achetant sur place.

Informations pratiques

Les journée au Népal sont calées sur les horaires du soleil. On se couche très tôt et on se lève aussi très tôt avec le soleil.

Pour changer votre argent, préférez le faire en ville car les taux sont vraiment moins inintéressants à l’aéroport. Le taux de change de la roupie vers l’euro ou autre devise varie beaucoup selon les villes. A Katmandou, le taux était plus intéressant qu’à Pokhara par exemple.

En revanche, ne faites pas vos Visas en amont depuis chez vous, vous perdrez du temps car ils sont très faciles à faire directement en arrivant à l’aéroport de Katmandou.

Vous n’aurez pas besoin d’adaptateur pour le Népal.

Les coupures de courant sont fréquentes au Népal.

Vous trouverez du WIFI quasiment partout et en nombre.

Tous le guichets de retrait sont gardés par un service de sécurité ce qui est très rassurant bien que le pays ne craigne absolument pas. La sensation de sécurité est omniprésente au Népal.

Et pour finir:

Nous avons fait au Népal 601 km en bus et 155, 3 km à pieds soit 236 083 pas !

DSC07434.JPG

Nous ne pouvons que recommander le Népal tant ce pays offre du bonheur à ses visiteurs !

.

Notre itinéraire au Népal :

.

nepal Voir tous nos articles sur le Népal

6 réflexions sur “Népal, ce que l’on en retient

    1. Bonjour Ayoko et ravis de faire votre connaissance via notre blog 🙂 Malgré le tremblement de terre, notre voyage au Népal a été merveilleux. Nous n’avons pas vu la Kummari non mais de très nombreuses représentations d’elle se trouvent aux quatre coins du pays. A très bientôt

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s